L'addiction chez les adolescents


29 vues

 

Le cerveau adolescent présente la particularité d'être dans un état unique de transition et de remodelage qui le rend plus vulnérable aux effets neurotoxiques des substances que le cerveau de l'adulte.

Un adolescent dépendant ou addict à une substance perd sa capacité à arrêter de consommer quand il veut et quand il peut. L'arrêt de la consommation n'est plus seulement une question de volonté mais aussi de possibilité.

Plus l'usage sera précoce, plus les risques pour l'avenir seront importants; il a été montré que l'initiation précoce d'alcool au début de l'adolescence multiplie par deux le risque de devenir alcoolodépendant par rapport à une initiation plus tardive vers la fin de l'adolescence (20 ans).

Lorsque le cerveau est exposé aux drogues à l'adolescence, les études d'imagerie cérébrale (IRM) révèlent des altérations dans l'architecture (neurones) et le fonctionnement (débit sanguin) du cerveau.

La consommation de cannabis pendant l'adolescence interfère avec les processus naturels de maturation cérébrale en particulier sur le développement des neurones, influant sur la cognition, le rendement scolaire, la motivation, la prise de risque et les habiletés psychomotrices.

Les substances: 

Toutes les substances n'entraînent pas une addiction. On différencie les addictions aux substances psychoactives et les addictions comportementales. On parle d'addiction pour l'alcool et le cannabis, et d'usage problématique pour les jeux vidéos. 

Perte de contrôle et conséquences: 

L'impossibilité de résister à l'envie de consommer a des conséquences négatives associées à l'usage: désocialisation, chute des notes, vol, mise en danger..

Un des risques de l'alcool et du cannabis, c'est de ne plus percevoir le danger car ces drogues annihilent la peur comme signal d'alerte aidant à se protéger.

De l'usage à l'addiction:

L'usage simple: recours à une substance ou un comportement sans dommages à court et long termes.

L'usage nocif: usage répété, susceptible d'engendrer des conséquences négatives médicales, psychiques ou sociales.

La dépendance: le produit devient le centre de l'existence, et la personne perd le contrôle au point de continuer à consommer malgré les conséquences.

L'influence de l'attitude parentale:

Si la place et l'influence des pairs (groupe d'amis) semblent rivaliser par périodes avec celles des parents, elles ne les égalent jamais. Le maintien d'un lien parents/enfants de qualité est un facteur protecteur .

Estime de soi et capacité de relations aux autres, d'autres facteurs protecteurs:

Deux autres éléments sont des facteurs protecteurs:

- s'insérer dans un groupe et trouver sa place dans sa société

- atteindre les objectifs que l'on s'est soi-même fixés.

Maintenir un lien parent/ado de qualité:

Un ado a besoin de sentir qu'il peut parler de conduites potentiellement dangereuses sans générer de la panique et/ou de la colère chez ses parents. Répéter en boucle "c' est dangereux/illégal" ou "tu ruines ta scolarité" sont inefficaces car l'adolescent le sait déjà! 

Les compétences psychosociales:

C'est un ensemble de ressources psychologiques et d'aptitudes sociales. Elles permettent de maintenir des comportements favorables à sa santé, de répondre avec efficacité aux exigences et aux épreuves de la vie quotidienne .

- savoir réguler ses émotions/ savoir gérer son stress

- savoir communiquer efficacement

- savoir résoudre des problèmes/savoir prendre des décisions

- avoir conscience de soi

Le renforcement de ces compétences psychosociales retarde l'âge d'entrée dans la consommation de substances.

 


Articles similaires

Derniers articles

L'addiction chez les adolescents

Mon enfant ment: que faire?

Qu'est ce que l'épuisement maternel?

Catégories

Création et référencement du site par Simplébo   |   Ce site est parrainé par la Chambre Syndicale de la Sophrologie

Connexion