Les conséquences néfastes des punitions


27 vues

Les punitions, un sujet qui est très souvent abordé au cabinet par les parents!

Habituellement, lorsqu'on punit un enfant, on cherche à sanctionner ou à arrêter un comportement dangereux ou incorrect.. Les punitions n'ont souvent pas de lien évident avec le comportement ou la situation.. Leur objectif est de faire vivre un déplaisir à l'enfant pour qu'il n'ait pas envie de reproduire son comportement par crainte d'être puni de nouveau. 

Cette relation de hiérarchie et de domination détériore énormément les liens d'amour. Plus vous impliquerez vos enfants dans l'établissement des règles, plus ils y adhèreront.

Voyons d'abord les conséquences néfastes des punitions..

 

Les punitions sont inefficaces

La punition physique confirme à votre enfant que l'usage de la force ou de la violence est un moyen efficace pour atteindre ses objectifs. 

Les programmes de répression des comportements négatifs (ceux centrés sur la punition ou l'isolement) sont avérés moins efficaces que les programmes centrés sur la promotion des comportements positifs.

Pourquoi cette inefficacité?

L'enfant n'a pas de contrôle suffisant sur son comportement.

Le fait d'être privé va augmenter sa colère de base.

Son estime de soi va diminuer.

Son immaturité ne lui permet pas de se représenter les conséquences à long terme, plus votre enfant est jeune, plus il est dans l'instant présent et moins son cerveau "qui réfléchit" est développé. Il est donc moins en mesure d'anticiper et de penser aux conséquences de ses actes. 

Les compétences motrices, verbales sont également en cours de développement et leur maladresse ou leur impulsivité sont normales.

Les punitions sont nocives.

La relation de confiance entre vous et votre enfant va se dégrader et votre enfant risque de vous en vouloir et peut être chercher à se venger.

Un risque d'escalade.

Un point à considérer est le caractère "intenable" de certaines punitions à long terme: sous le coup de la colère, un parent peut prononcer des punitions difficiles à mettre en place et vont se retrouver en quelque sorte "piégés" eux même et obligés d'être plus sévères ("pas d'écran pendant 2 mois"...)

La punition source de déresponsabilisation

Certains enfants peuvent considérer qu'ils ont déjà payé par la punition pour leur comportement et qu'ils peuvent recommencer sans culpabilité. D'autres enfants vont être amenés à élaborer des stratégies pour ne pas se faire prendre la prochaine fois: c'est le principe du "pas vu, pas pris".

Les enfants punis apprennent....

- qu'on peut s'en prendre aux autres, en particulier aux plus faibles.

- qu'il faut souffrir et être atteint dans sa dignité pour apprendre à bien se comporter.

- que leur identité de "méchant", "paresseux" est fixe.

- que ne pas se faire prendre est plus important que se comporter avec respect des autres.

La honte marque à long terme

Un exercice efficace pour comprendre l'inutilité des punitions est de repenser à des grosses punitions reçues dans l'enfance ou l'adolescence. Il y a de fortes chances pour que 1/on se rappelle plus la raison de la punition et 2/que le souvenir gardé ne porte pas sur la règle ou l'éthique mais sur les sentiments éprouvés (humiliation, honte, rejet, peur voire terreur, envie de rébellion, sentiment d'injustice....)

On renforce un comportement auquel on apporte de l'attention

L'attention qu'un adulte porte à son enfant agit sur la manière donc cet enfant se comporte. Que l'attention soit positive (encouragements, remerciements, sourires,..) ou négative (punition, menace,..), elle agit sur la fréquence et sur l'intensité du comportement.

Remarquer et valoriser les moments sans problème

Remarquer et renforcer les comportements désirables permet à ces comportements de faire partie du répertoire comportemental de l'enfant. Eduquer, c'est enseigner des compétences.  

Montrez vous attentif(ve) à toutes les tentatives de comportements positifs de la part de votre enfant et félicitez-le à chaque fois verbalement.

 

Si vous êtes un(e) adepte du coin , sachez qu'une punition pour un enfant de 3 à 8 ans ne doit pas être différée, elle doit avoir lieu immédiatement , pas plus de 5 minutes (le temps supplémentaire peut satisfaire votre sens de la justice mais ne changera pas le comportement!!) dans un endroit isolé, ennuyeux et accompagné d'une explication simple et précise sur le comportement souhaité.( "c'est interdit de....je veux que tu....")

La punition doit être proportionnée à l'interdit ou la bêtise de l'enfant. On ne peut pas priver son enfant d'aller à un anniversaire parce qu'il n'a pas rangé chambre, car cela est disproportionné et humiliant pour l'enfant. En revanche, on peut le prévenir dès le matin qu'on souhaite que sa chambre soit rangée avant de partir.

Appliquez toujours ce que vous décrétez. Soyez cohérents dans le choix des conséquences que vous annoncez, votre parole sera mieux considérée et votre enfant pourra développer une meilleure confiance en vous. Ne "menacez" pas d'une sanction que vous ne pourrez pas tenir. Si par exemple vous avez réservé depuis un mois les places dans un parc d'attraction, inutile de lui dire la semaine avant" si tu n'es pas sage, nous n'irons pas", car vous savez que vous n'annulerez pas la sortie!

A l'adolescence, la punition est à bannir, le risque est de rentrer dans l'escalade de l'opposition et de couper toute communication entre vous, ce qui n'est pas souhaitable à cet âge.... (voir mes autres articles sur l'adolescence)

 

 


Articles similaires

Derniers articles

Les conséquences néfastes des punitions

L'addiction chez les adolescents

Mon enfant ment: que faire?

Catégories

Création et référencement du site par Simplébo   |   Ce site est parrainé par la Chambre Syndicale de la Sophrologie

Connexion