Les rivalités entre vos enfants


85 vues

Quoi de plus difficile pour un parent que de constater que ses enfants ne s'aiment pas, se battent, se jalousent et se comparent tout le temps. 

Ces quelques idées vont, j'espère, faciliter la relation qui unit vos enfants. Cela pourra prendre du temps et il sera important de commencer par apprécier les améliorations (même minimes!). 

 

- Ne pas enfermer vos enfants dans des rôles (gentil, méchant, timide, fragile, etc..), au contraire, dès que l'occasion se présente, notez avec sincérité les petits détails qui les éloignent de l'étiquette qui leur colle à la peau! 

- Vous n'êtes pas un arbitre! Si vos enfants hurlent, quand vous arrivez, c'est parce qu'ils savent tous les deux que celui qui pleure le plus fort à 9 chances sur 10 de remporter le statut de victime

- Quand il y a un problème on trouve une solution, cette phrase doit devenir votre unique jugement. Les disputes sont inévitables et nécessaires au développement de l'enfant et de l'adolescent. Elles préparent le terrain aux relations sociales plus tard dans la vie. Stoppez la dispute et évoquez avec eux plusieurs solutions possibles en évitant la punition. 

- Autorisez les à ne pas s'aimer. Cela est paradoxal et assez miraculeux: "Vous avez le droit de na pas vous aimer, ce n'est pas toujours facile de bien s'entendre je le sais, mais vous n'êtes pas forcés de jouer ensemble donc je ne veux pas de violence. Je suis la maman/le papa de tout le monde et ici c'est la maison de tout le monde. Donc vous jouez séparément ou sans bagarres".

- N'essayez jamais d'être juste. Vous êtes surpris et pourtant c'est vrai! En cherchant à faire pareil avec chacun de vos enfants, vous alimentez la comparaison. Il est impossible de vraiment comparer le parent que vous êtes pour l'un ou l'autre. Si vous faîtes des cadeaux à l'aîné, peut être que vous écoutez plus attentivement le cadet qui vous fait rire et que vous avez passé un temps fou avec votre petite dernière qui n'a pas dormi pendant 2 ans!

Alors demandez-leur d'arrêter de compter les frites et d'apprendre à écouter leur propre estomac! Quand ils se comparent, cherchez juste à comprendre quel besoin se cache réellement derrière cette plainte.

- Eviter les comparaisons même favorables. Lorsque vous vous adressez à votre enfant, parlez lui de sa personne sans mentionner ses frères et soeurs. "Super Paul, tu as rangé ta chambre! ça n'est pas ton frère qui ferait ça". Ce commentaire, qu'on a tous fait mille fois sans y prêter attention, alimente énormément la rivalité. L'enfant qui reçoit cette remarque pourtant gentille, sent qu'on peut vous plaire ou vous déplaire, que l'on peut marquer des points à vos yeux et donc en perdre... "Est ce que maman parle de moi comme ça quand je suis pas avec eux?"

- Donnez à votre petit ce qu'il veut... juste en l'écoutant. Gardez en tête qu'on ne raisonne pas les émotions d' un enfant de moins de 7 ans. Accueillez les émotions, nommez les et accompagnez vers le bon comportement.

- Montrez que vous les aimez pour leur spécificité. Si vous sentez que votre enfant souffre, admettez que vous regardez ou écoutez plus l'un de vos enfants et que l'autre doit en pâtir. Dites ce qui vous plaît chez lui et reconnaissez sa jalousie. "C'est vrai que ton frère m'impressionne avec ses résultats en sport, je trouve ça incroyable parce que je suis nulle. Toi et moi, notre truc c'est le cinéma, rigoler ensemble, et nos sushis." 

- Passez des moments privilégiés avec chacun de vos enfants. Ne faites pas toujours tout ensemble. Le week end, par exemple, séparez vous ponctuellement. Les moments en tête- à - tête avec votre enfant seront différents et privilégiés. Lorsqu'il y a des rivalités entre les enfants, ces moments aident à apaiser les tensions et en même temps, vos rapports si vous êtes en conflit avec l'un deux. 

En faisant des binômes, plus besoin de trouver une sortie qui conviendrait à tout le monde. Les plus grands sont généralement ravis de pouvoir faire des activités sans avoir les petits dans les pattes car il ne marche pas assez vite, il est fatigué, il faut faire des pauses.

 

Bien évidemment; les enfants ont aussi leur personnalité, et les traits de caractère de chacun jouent également un rôle dans les situations de dispute. Différentes études portant sur les différences entre filles et garçons ont montré que les filles se comportent globalement de manière plus chaleureuse, les garçons étant plus enclins à l'agressivité.

Les caractéristiques individuelles expliquent que les disputes à répétition résultent parfois de caractères fortement contrastés. Cela vaut entre adultes ( certaines personnes ne peuvent tout simplement pas se supporter:) entre enfants, et de parents à enfant!

Enfin, il est normal que nos réactions de parents soient secrètement animées par la place que nous occupions enfant: nos impressions sont inconsciemment encore très vives et peuvent orienter notre vision et nos réflexes. Par exemple, le benjamin qui a souffert de la perversion de ses grands frères plus forts que lui, aura tendance à protéger son enfant le plus petit.

Prendre conscience de cela, vous aidera aussi à comprendre votre attitude avec vos enfants.

Une consultation permettra de faire le point sur vos besoins et de vous fournir des outils pratiques à mettre en place à la maison.

 


Articles similaires

Derniers articles

Qu'est ce que l'épuisement maternel?

Mieux comprendre mon ado

Walk and Talk , la marche thérapeutique en plein air

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site est parrainé par la Chambre Syndicale de la Sophrologie

Connexion