Comment valoriser l'ennui chez les enfants?!


91 vues

Paresse, monotonie, fainéantise sont autant de terme perçus négativement et relatifs à l'ennui, ennui pourtant essentiel à notre équilibre et à celui de nos enfants! 

Il ne fait pas bon s'ennuyer ou rêvasser aujourd'hui. Celui qui ne fait rien, qui n'est pas productif est accusé de fainéantise, de ne pas être intéressant!

Pendant les vacances, quels parents n'a pas redouter les questions désolantes de leurs enfants (surtout quand vous êtes en bord de mer et qu'il pleut!): "qu'est ce qu'on fait aujourd'hui?", "Je sais pas quoi faire..", ou de vos ados "Vous avez prévu quoi pour ce soir?" et que vous êtes au fin fond de la Creuse ...

Que ce soit en pensées ou en acte, il est très courant de ne pas supporter l'inactivité, voire d'en être tout simplement incapable! Par peur du vide, l'ennui est mal vécu et mal accepté.

Or, apprendre à s'ennuyer, notamment dans une époque où nos rythmes de vie se sont accélérées, c'est important. Accepter des moments de vide est essentiel pour avoir accès à la meilleure part de nous-mêmes; c'est à dire à notre dimension créatrice mais aussi pour mettre notre cerveau au repos, être à l'écoute de nos émotions, développer l'empathie, la maîtrise de soi.

Chez les enfants, le mal qui les guette est la surstimulation, la surenchère d'activités, de plannings surchargés pour remplir, justement, le vide.. Dès le plus jeune âge, ils sont conditionnés dans ce sens. Parfois, ce sont juste les parents qui tentent, ainsi, de diminuer leur propre angoisse du vide. 

Tout est fait pour nous inciter à vite consommer, à tout réaliser, à tout savoir, à porté de clic!

Or, pour pouvoir élaborer une pensée, pour avoir des idées et des envies, il est essentiel de s'ennuyer et de laisser le temps au temps, c'est dans cet espace de vide que la personnalité, les aspirations, les projets se construisent.

L'immédiateté qu'offre par exemple le téléphone portable, objet tant convoité par les enfants dès l'école primaire doit être temporisé par des moments d'ennui.

Répondre à un enfant qui dit s'ennuyer: "Quelle chance!" est un brin provocateur mais c'est pourtant lui rendre service que de lui donner cette possibilité.

Une prise de conscience et de nombreux articles de presse commencent à diffuser cette idée qui fait son chemin: s'ennuyer, ça fait du bien! 

Lorsque l'on s'ennuie, on augmentera aussi les chances d'entrer en contact avec ses émotions. C'est une occasion de prendre du recul par rapport à certaines situations, de retrouver un certain ancrage. Vous pouvez aussi proposer à votre enfant de constituer une " boîte à outils" avec des exercices ludiques de sophrologie qu'il pourra se servir dans son quotidien. 

Pour les enfants, c'est l'opportunité d'apprendre à se canaliser, à avoir confiance en leurs propres capacités, leurs propres ressources. 

Bien sûr, il ne s'agit pas de laisser votre enfant seul, sans interactions, durant des journées entières, mais plutôt de lui donner de temps en temps, la possibilité de se retrouver seul avec lui-même, pour qu'il apprenne à s'écouter, à s'autoréguler, et petit à petit, à se suffire à lui-même en cas de besoin. Il s'habitue aussi à jouer seul et à décider par lui même. C'est aussi ça l'autonomie! 

Ne rien avoir à faire lui permet donc de développer son monde imaginaire et sa créativité pour s'amuser en plus de lui apprendre à être bien avec lui même. Cela lui permet aussi de voir la réalité différemment, de redécouvrir sa chambre par exemple! 

Alors, pourquoi ne pas commencer par s'ennuyer en famille?! Pourquoi ne pas intégrer l'ennui sur votre planning?!

 


Articles similaires

Derniers articles

Qu'est ce que l'épuisement maternel?

Mieux comprendre mon ado

Walk and Talk , la marche thérapeutique en plein air

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site est parrainé par la Chambre Syndicale de la Sophrologie

Connexion